Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo, un parcours politique à part

 Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo, un parcours politique à part

DATES. Retour sur le parcours de l’ex-président, dont le destin reste lié depuis 40 ans aux évolutions de son pays, la Côte d’Ivoire.

Absent depuis dix ans de son pays, où il retourne ce 17 juin, après avoir été acquitté de crimes contre l’humanité par la justice internationaleLaurent Gbagbo aura tour à tour été l’opposant historique de Félix Houphouët-Boigny, puis président, avant de devenir le premier ex-chef d’État prisonnier détenu à La Haye pendant huit ans. Cet historien de formation, aujourd’hui âgé de 76 ans est resté au pouvoir d’octobre 2000 à avril 2011.

– 31 mai 1945 : Laurent Koudou Gbagbo est né à Mama, près de Gagnoa, dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire, appelé aussi la « boucle du cacao ». Il est de l’ethnie bété. Après un passage par le petit séminaire de sa ville, il décroche son baccalauréat au lycée d’Abidjan, puis une licence d’histoire à l’université de la capitale économique ivoirienne en 1969. Lors d’un court séjour à l’université de Lyon, il rencontre sa première épouse française, Jacqueline Chamois.

– De 1970 à 1971 : Après avoir obtenu une maîtrise d’histoire à l’université de Paris-Sorbonne, il devient professeur d’histoire au lycée d’Abidjan. Laurent Gbagbo commence à militer contre le parti unique, il fréquente l’Union nationale des étudiants et élèves de Côte d’Ivoire (UNEECI). En conséquence, comme d’autres étudiants et lycéens, il est incorporé de force et emprisonné deux ans en raison d’un enseignement jugé « subversif ».

 Entre 1974 et 1980 : Laurent Gbagbo est chercheur à l’Institut d’histoire d’art et d’archéologie de l’université d’Abidjan (IHAA). Il soutient sa thèse de doctorat, en 1979, à l’université Paris-V7 sur le thème « Les ressorts socio-économiques de la politique ivoirienne-1940-1960 ». Un an après, il devient directeur de l’institut.

– De 1981 à 1982 : Le monde estudiantin est de nouveau en ébullition. Laurent Gbagbo se fait remarquer à la direction du Synares (Syndicat national de la recherche et de l’enseignement supérieur), opposé au père de l’indépendance ivoirienne, le président Houphouët-Boigny. Il fonde dans la clandestinité à Dabou, une ville près d’Abidjan, le Front populaire ivoirien (FPI), avant de s’exiler à Paris. Durant cette période, il fait la rencontre de Simone Ehivet, sa future épouse en secondes noces.

Articles similaires

11 Commentaires

  • Wonderful post! We are linking to this great article on our
    website. Keep up the good writing.

  • Keep on writing, great job!

  • I’ve read some excellent stuff here. Definitely value bookmarking for revisiting.
    I surprise how a lot attempt you put to make such a great informative
    website.

  • I absolutely love your site.. Excellent colors &
    theme. Did you build this website yourself? Please reply back as I’m planning
    to create my very own site and would like to learn where you got this from or
    exactly what the theme is called. Many thanks!

  • Hi, I check your blogs regularly. Your story-telling style is witty, keep up the good work!

  • It’s very trouble-free to find out any topic on net as compared to books, as I found
    this paragraph at this web site.

  • Amazing! Its truly remarkable article, I have got
    much clear idea on the topic of from this post.

  • I really like what you guys tend to be up too. This type of clever work and coverage!
    Keep up the excellent works guys I’ve you guys to my blogroll.

  • Thank you, I’ve just been searching for info approximately
    this subject for ages and yours is the greatest
    I have found out till now. But, what about the conclusion? Are
    you positive in regards to the supply?

  • well article, i love it

  • I think this website contains some really excellent information for everyone : D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *