Togo / Agbéyomé Kodjo : « Je me porte comme un charme et debout pour achever le combat»

 Togo / Agbéyomé Kodjo : « Je me porte comme un charme et debout pour achever le combat»

Annoncé pour mort il y a quelques jours par le quotidien Togo Matin proche du pouvoir de Lomé, Agbéyomé Kodjo a donné signe de vie, depuis son maquis, à travers un message audio. « Je tiens à vous rassurer tous que je me porte comme un charme et debout pour achever le combat héroïque que nous menons ensemble au service de la mère patrie », a-t-il adressé à ses militants et sympathisants, parlant d’une « fausse nouvelle distillée au sommet de l’Etat ».

L’ancien Premier ministre qui se réclame « Président démocratiquement élu » à la présidentielle du 22 février 2020, considère le 4e mandat du Chef de l’Etat déclaré vainqueur au premier tour avec 70,78 % des suffrages, Faure Gnassingbé, comme une « pure défiance de Dieu ». « Si le Président sortant avait réellement gagné la présidentielle du 22 février 2020, il allait exercer aisément ce quatrième mandat de trop (…) Il en paie cash le prix et les derniers événements dans notre région avec la chute du régime malien indiquent à suffisance que l’heure n’est plus à la tyrannie et au mépris des aspirations des peuples », déclare-t-il.

Sur la récupération et la jouissance de sa victoire revendiquée, le candidat de la Dynamique Kpodzro, crédité officiellement de 19,46 % des suffrages par la Cour constitutionnelle, promet aux Togolais de connaitre « prochainement les délices » de l’alternance obtenue à travers les urnes. « La nuit est certes longue et harassante, mais le jour vient. Nous pourrons demain vivre dans une société de liberté reine qui permettra à chacun de concevoir sa trajectoire de vie, sa trajectoire professionnelle pour contribuer au mieux de ses moyens à l’édification d’un Togo nouveau », relève Agbéyomé Kodjo.

Officiellement déclaré second du scrutin du 22 février 2020, Agbéyomé Kodjo réclame la victoire à ce scrutin. Cette contestation lui a valu la levée de son immunité de député le 16 mars 2020, son inculpation le 25 avril pour trouble aggravé à l’ordre public, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, diffusion de fausses nouvelle et l’exil depuis début juillet dernier.

TINO K.

Articles similaires