Togo / Contentieux électoral : Agbeyome Kodjo nomme des ambassadeurs

 Togo / Contentieux électoral : Agbeyome Kodjo nomme des ambassadeurs

Le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 22 février 2020, Agbeyome Kodjo, se réclamant le véritable vainqueur et entré dans une sorte de guérilla politique contre le régime de Lomé procède, depuis l’extérieur, à des nominations d’ambassadeurs, en vue de la formation de son gouvernement.

L’ancien Premier ministre a en effet nommé, par décret présidentiel, un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Togo en France. Il s’agit de Nicolas Awume. Cette nouvelle nomination  intervient après une première, le 10 août dernier, désignant Anani Nestor Kounake comme  ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Togo auprès de la République du Nigeria, de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et des Etats-Unis d’Amérique.

Crédité officiellement de 19,46 % des suffrages, selon les résultats définitifs rendus publics par la Cour constitutionnelle,  et  classé deuxième derrière Faure Gnassingbé, le Chef de l’Etat sortant déclaré élu au premier tour avec  70,78 % des voix, le candidat de la Dynamique Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, du nom de l’archevêque émérite de Lomé,   rejette ces résultats proclamés et réclame la victoire à ce scrutin avec plus de 67 % des suffrages.

La contestation des résultats lui a valu la levée, le 16 mars dernier, de son immunité de député. Arrêté le 22 avril 2020, il a été inculpé le 25 avril pour trouble aggravé à l’ordre public, atteinte à la sureté intérieure de l’Etat, diffusion de fausses nouvelles, mais remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Agbeyome Kodjo qui se réclame « Président démocratiquement élu », a été soumis à un certain nombre de restrictions dont l’interdiction de  faire toute déclaration tendant à la remise en cause des résultats du scrutin présidentiel et de tout propos, déclaration ou attitude tendant à remettre en cause et à saper l’ordre constitutionnel et institutionnel existant.

Convoqué par le Doyen des juges d’instruction pour le 10 juillet 2020, suite à une interview dans laquelle il a de nouveau revendiqué sa victoire, l’ancien Premier a préféré rentrer dans le maquis. Dans la foulée, un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui le 16 juillet. C’est depuis son exil qu’il procède aux nominations d’ambassadeurs.

Faut-il le rappeler, Agbeyome Kodjo avait déjà procédé à la nomination d’un Premier ministre en la personne d’Antoine Koffi Nadjombe, mais aussi d’un ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Dr Arnaud Kwasigan Agba.

TINO K.

Articles similaires